Coronavirus et projets immobiliers

20 mars 2020

 

Après quelques jours de confinement, le sujet du coronavirus impacte tous les domaines de la vie. Bien que les préoccupations majeures soient ailleurs, tout ceux qui ont un projet immobilier en perspective, en cours, ou déjà bien engagé, se posent des questions légitimes. Le point sur ce que nous savons à ce jour.

 

Les porteurs de projets immobiliers

Si vous cherchiez à acheter dans l’ancien, votre prospection se limitera dans les prochaines semaines aux sites et moteurs de recherche dédiés. Bien évidemment, les visites sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Pour les investissements dans le neuf (VEFA), les échanges de documents sont gérables à distance, par mail, avec les conseillers immobiliers. La phase d’information peut donc poursuivre son cours.

 

L’activité des banques

Le confinement imposé aux banquiers, comme aux clients a nécessairement mis l’activité en pause durant ces premiers jours. Les préoccupations majeures sont d’ordre sanitaire et rares sont les particuliers qui envisagent une demande de prêt immobilier dans les prochaines semaines. D’ailleurs, les banques privilégieront les dossiers en cours et refuseront les nouvelles demandes.

Pour les crédits en cours, qui concernent 31% des Français, le personnel des établissements bancaires s’organise pour traiter les demandes à distance. Ce sont les demandes de report, de modulation ou de suspension d’échéances qui occupent principalement les banquiers.

Si la crise du coronavirus touche votre activité au point de générer une baisse conséquente de revenus, c’est la première chose à faire. Contactez votre conseiller bancaire pour étudier les possibilités d’aménagement du paiement de vos mensualités et surveillez de près le risque d’intérêts supplémentaires liés à ces changements.

 

L’activité des notaires

Si vous avez signé un contrat de réservation, vous attentez de la signature de l’acte authentique chez votre notaire. Au regard de la situation inédite, la durée de traitement des dossiers sera rallongée. En effet, le gouvernement a également imposé la fermeture des études notariales au public. La signature des actes sera donc décalée, en fonction de la durée du confinement. Le confinement des clercs de notaire et les difficultés logistiques limitent les possibilités de signature d’actes électroniques à distance.

 

L’évolution des taux d’intérêts

Il est à ce jour très difficile de se prononcer quant à l’évolution des taux d’intérêts. Seul fait concret depuis l’annonce du confinement, les OAT (obligations assimilables du Trésor français), soit les taux des emprunts d’Etat, sont passés de 0.34% à 0.38% en une semaine. En cause, l’aggravation du déficit public et les perspectives de récession.

Qu’adviendra-t-il à la sortie de cette crise sanitaire sans précédent ? Les banques pourraient avoir tendance à prolonger l’offre de taux bas pour rattraper le temps perdu et conjurer la frilosité des emprunteurs. Tout dépendra de la durée du confinement, sur laquelle chacun peut agir, en restant parfaitement confiné.

 

Nos conseils…

Selon votre situation, pensez à augmenter le délai de réalisation des conditions suspensives prévues dans votre contrat de réservation, notamment celles liées à l’obtention du prêt. Et si votre prêt est en cours, il convient de repousser le paiement des mensualités à votre banque.

Et restez chez vous… pour le bien de tous !