Il est grand temps de renégocier votre prêt immobilier !

5 février 2020

Si les taux d’intérêts des crédits immobiliers demeurent historiquement bas, certaines banques ont toutefois commencé à les relever ce début janvier. Vous faites peut-être partie des investisseurs qui ont contracté un prêt moins avantageux que ceux qui sont octroyés depuis la fin de la crise de 2008. Il est donc temps, pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, de renégocier efficacement votre prêt immobilier. Nos conseils.

 

 

Rachat ou renégociation d’un prêt immobilier ?

 

Concrètement, le taux des prêts immobiliers contractés il y a dix ans tournait autour de 4% pour des crédits sur vingt ans. Quand on sait qu’ils dépassent de peu les 1% dans les prévisions pour 2020, il est logique de vouloir en profiter.

Une première option réside dans le rachat de votre prêt par une autre banque. Potentiellement très efficace, il engendre toutefois le paiement d’une batterie de frais non négligeables.

 

A l’inverse, la renégociation de votre prêt avec votre banquier peut s’avérer à la fois plus simple, voire plus économique. Il s’agira de signer avec lui un avenant qui formalise la baisse du taux initialement contracté. Même s’il vous propose un taux légèrement supérieur à la moyenne pratiquée, l’absence de frais annexes compensera cet écart.

 

 

 

Tenez compte des frais annexes…

 

 

Faire jouer la concurrence est toujours bénéfique. Mais la démarche de rachat de crédit induit des frais divers, qui accumulés, peuvent rendre l’opération moins intéressante. Frais de remboursement anticipé à votre établissement bancaire d’origine, frais de mainlevée en cas d’hypothèque, éventuelle surprime d’assurance, frais d’ouverture d’un nouveau compte chez votre nouveau prêteur… Vous l’aurez compris, il faut tenir compte de ces dépenses annexes en cas de rachat.

 

En renégociant votre taux d’intérêts avec votre banque, vous vous exposez à de simples frais de dossier, qu’il ne faut pas hésiter à discuter. Pour finir de rembourser votre crédit, veillez aussi à faire revoir à la baisse votre cotisation d’assurance emprunteur. Enfin, vous pouvez aussi en profiter pour réduire les mensualités et/ou la durée du crédit, selon votre situation. En effet, si vous êtes en mesure de rembourser plus vite et donc d’écourter la durée totale du crédit, vous ferez mathématiquement chuter le total des intérêts, ainsi que la durée de cotisation d’assurance.

 

 

Dans la perspective de la remontée des taux d’intérêts des prêts immobiliers, ne passez pas à côté d’une économie substantielle importante ! Si vous n’avez pas de temps à consacrer à ces démarches, un courtier pourra se charger de la mise en concurrence de différents établissements bancaires.