C’est l’été, pensez à la location saisonnière ! (1/2)

2 juillet 2019

 

Si vous disposez d’un logement en France, sa mise en location saisonnière peut être une bonne solution pour booster efficacement vos finances. En effet, l’Hexagone reste la destination principale de plus de 30 000 millions de Français en 2019 concernant leurs locations de vacances estivales. Leur budget dédié au logement tourne majoritairement autour de 1000€ pour 8 jours. Vous l’avez compris, que vous soyez propriétaire ou locataire, vous pouvez profiter de ces tendances. On vous en dit plus…

 

Propriétaires, louez votre résidence principale ou secondaire

 

Si vous avez la chance d’être propriétaire de votre logement, vous avez tout intérêt à le mettre en location saisonnière durant les périodes inoccupées. Cela générera un complément de revenus non négligeable, par exemple pour vous aider à rembourser votre prêt, payer vos charges de copropriété ou votre prochain voyage ! Dans les grandes métropoles et sur les littoraux français, ce marché est très lucratif. A noter, la côte atlantique a le vent en poupe ! Les programmes du groupe Alday situés sur la Côte basque sont donc une aubaine pour vous lancer. Le prix des nuitées y dépassent souvent les 100€, ce qui laisse présager un rendement intéressant. D’ailleurs, certains n’hésitent pas à trouver un point de chute (amis, famille) sur leur lieu de vie pour louer leur logement dans ces régions prisées.

De même, vous pouvez décider de louer votre résidence secondaire quand elle est vacante. Idéalement, pour en tirer le maximum de revenus, occupez-le en période creuse et proposez-le à la location en période de forte affluence touristique. Vous pourrez ainsi renflouer votre cagnotte destinée à l’entretien et à l’équipement du logement. En l’embellissant de la sorte, vous serez en mesure d’augmenter les loyers, et donc, la rentabilité.

Le parc des logements meublés proposés ponctuellement à la location est d’environ 700 000 en France, résidences principales et secondaires confondues. S’y ajoute les logements sous-loués par leurs occupants habituels.

 

Locataires, pensez à la sous-location saisonnière

 

Que vous partiez en vacances et que vous trouviez refuge sur le canapé d’un de vos proches, vous êtes peut-être en mesure de sous-louer votre logement. C’est une option envisageable à condition de respecter quelques règles de bon sens. En effet, pour que votre démarche soit légale, il faut impérativement :

– que le logement soit votre résidence principale (occupé, sauf exceptions, au moins huit mois par an) ;

– que le bail que vous avez signé prévoie cette hypothèse ;

– à défaut, obtenir l’autorisation préalable écrite de votre propriétaire. N’hésitez pas à la demander bien en amont afin d’éviter des déconvenues. Concrètement, vous devez disposer de cet aval avant de proposer votre logement sur les sites spécialisés. La loi prévoit que vous devrez le fournir au sous-locataire, accompagné de la copie du bail ;

– que le montant du loyer de la sous-location ne dépasse celui de la location principale ;

– que la durée de la sous-location d’excède pas celle du bail principal.

 

A défaut, la sous-location est illégale. A ce titre, votre propriétaire pourrait entamer une procédure de résiliation du bail, demander votre expulsion et une indemnisation pour le préjudice subi si vous avez abusé de cette démarche sans son accord. Pour connaître les autres obligations légales liées à la location saisonnière meublée, n’hésitez pas à consulter la deuxième partie de cet article.